Pièces de théâtre en avril 2017, les coups de cœur

Publié le 14.03.2017
De La Fille de neige de Nikolai Rimski-Korsakov à l'Opéra Bastille à Baal, pièce mythique de Bertolt Brecht au Théâtre de la Ville, découvrez notre sélection coup de cœur du mois d'avril.
La Fille de neige
© Opéra Bastille
La Fille de neige

OPÉRA BASTILLE

 « La Fille de neige » de Nikolaï Imski-Korsakov, Du 15 avril au 3 mai
En des temps immémoriaux, dans le fabuleux royaume du tzar Berendei, naquit Snegourotchka, fruit des amours de la Fée Printemps et du vieil Hiver. Protégée par ses parents de la jalousie du dieu soleil Yarilo qui promit de réchauffer son cœur lorsque, devenue adulte, elle tomberait amoureuse, Snegourotchka l’enfant de neige est confiée à l’Esprit des bois. Chef-d’œuvre de la littérature populaire slave, La Fille de neige porte sur le plateau un imaginaire féerique nourri des rigueurs du climat. C’est Aida Garifullina qui prête sa voix à Snegourotchka, la direction musicale et la mise en scène réunissant deux autres artistes russes : Mikhail Tatarnikov et Dmitri Tcherniakov.

> En savoir plus

THÉÂTRE DE LA VILLE

 « A Love Supreme », Du 5 au 9 avril
Un spectacle d’une grande force où les danseurs s’abandonnent totalement à la spiritualité de John Coltrane. A Love Supreme de John Coltrane a été chorégraphié en 2005 pour quatre danseurs par Anne Teresa De Keersmaeker et Salva Sanchis. Dans cette suite instrumentale, l’un des plus purs chefs-d’œuvre du jazz du XXe siècle, vibre une tension toute particulière entre la complexité et l’épure. Coltrane prend appui sur des structures de blues assez rudimentaires, dont il fait émerger des phrases musicales d’une haute liberté d’expression. La chorégraphie fait sienne cette contradiction et relève le défi d’un parfait entrelacement de l’improvisation et de l’organisation formelle. Avec une nouvelle distribution, Anne Teresa De Keersmaeker et Salva Sanchis retravaillent A Love Supreme en l’étendant au format d’une soirée complète.

> En savoir plus

 « Grande », Du 18 avril au 6 mai
Dans leur cirque très personnel, Tsirihaka Harrivel et Vimala Pons, issus du collectif Ivan Mosjoukine, font poème scénique de la lutte avec ce qui les dépasse. « Grande » - est l’histoire inachevée d’un spectacle à compléter soi-même par sa vie de spectateur en quittant la salle. Ils sont deux sur le plateau et passent en revue ce qui leur importe, littéralement, dans la tradition de la grande revue d’actualité : Re-voir. À nouveau, « Ce qui a déjà été vu » a la possibilité d’exister comme « ce qui n’a jamais été vu ». Ils sont deux avec une force physique, un équilibre physique et une perte physique qui n’appartiennent qu’à leur cirque, très personnel. Ils sont dépassés par ce qu’ils mettent en place et c’est la lutte avec ce dépassement qui sera leur poème.

> En savoir plus

« Baal », Du 20 avril au 20 mai
Stanislas Nordey incarne l’écrivain libre et maudit de Baal, pièce mythique de Bertolt Brecht, dont Christine Letailleur exhume la première version, dans la belle traduction d’Éloi Recoing.

> En savoir plus

THÉÂTRE DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE

 « La règle du jeu », Jusqu'au 15 juin
Chef-d’œuvre cinématographique dont le scénario est devenu un classique, La Règle du jeu entre au Répertoire dans une mise en scène de Christiane Jatahy. Alliant cohérence dramaturgique et vivacité formelle, c’est à la suite de Jean Renoir qu’elle crée cette version théâtrale, s’affranchissant des frontières entre les disciplines pour en sublimer les codes.

> En savoir plus

THÉÂTRE
 DU ROND-POINT

 « L'abattage rituel de Gorge Mastromas », Du 19 avril au 14 mai
Après Orphelins, lauréat du Festival Impatience 2014, Chloé Dabert met en scène les failles d’un système qui érige en maîtres les arrogants sans scrupules : George, d’abord un type bien, découvre l’art du mensonge et de la manipulation

> En savoir plus

CENTQUATRE

 « The Fire flies, Baltimore-Paris », Jusqu'au 9 avril
Œuvrant dans le champ des arts visuels, Frédéric Nauczyciel porte une attention soutenue à la danse et aux expressions urbaines. En témoignent avec éclat les projets qu’il développe depuis plusieurs années avec des vogueurs de Baltimore et Paris. Plus qu’une danse, le voguing est un acte performatif, une affirmation de soi. Cette culture s’est construite dans les années 1960 dans la communauté transgenre afro- américaine et latino du quartier de Harlem, à New York. En s’appropriant les poses et attitudes de l’univers de la mode, elle dénonce une situation inégalitaire avec une forte résonance politique. Pour cette même raison, le voguing connaît aujourd’hui une forte popularité en Europe. Conçue comme un work-in-progress multimédia, l’installation The Fire Flies, Baltimore/Paris documente à la fois la pratique performative et la réalité des vogueurs des deux villes, glissant progressivement vers des collaborations dans lesquelles l’artiste les invite à s’emparer de la sophistication de la musique baroque.

> En savoir plus

CIRQUE ROMANÈS

 « Si tu ne m'aimes plus, je me jetterai par la fenêtre de la caravane », Du 1er avril au 5 juin
Le Cirque Romanès est le dernier cirque Tzigane. Leur nouvelle création présente l'histoire d'amour d'un jeune Gitan troubadour et d'une belle chanteuse Tzigane qui fuient ensemble par une belle nuit étoilée. Un tourbillon d’émotions, de grâce et de couleurs : contorsion, trapèze, ruban, cerceaux, funambule, des danses flamenca et tziganes accompagnées par un orchestre venu de Transylvanie au son du violon, guitare, contrebasse, accordéon et le chant de la Gitane.

> En savoir plus

> Accédez au programme