Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar

Publié le 14.04.2017
L’islam vécu par les peuples africains, c’est ce que propose d’explorer l’Institut du Monde Arabe à travers une exposition comprenant 300 œuvres patrimoniales et contemporaines. Du 14 avril au 30 juillet.
© Ministère de la Culture et de la Communication

C’est une plongée colorée et réjouissante dans l’histoire de l’islam apparue en Afrique subsaharienne
 dès le VIIIe siècle que propose de vivre l’Institut du Monde Arabe, ou comment la pratique de cette religion s’est détachée d’une simple influence arabe, berbère ou persane pour devenir le fait de musulmans africains. Tel est le propos  de l’exposition « Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar » qui déploie un parcours en trois temps : les premières écritures, les gestes du sacré, et les arts de l’Islam au Sud du Sahara.

La ville de Tombouctou est particulièrement mise à l’honneur. Au XVe siècle, la cité malienne attirait les savants du monde musulman grâce à ses universités et ses bibliothèques. Une dizaine de précieux manuscrits issus de la bibliothèque commémorative Mamma Haidara est ainsi montrée au public pour la première fois en France. Rappelons la nécessité absolue de les préserver. En 2015, Daech brûlait à Mossoul 2 000 livres et manuscrits dont certains datant de plus de 7 000 ans.

Parmi les artistes contemporains exposés, l’Éthiopienne Aïda Muluneh avec « City Life » (2016). Sa photographie illustre l’affiche de l’exposition, entre tissage et métissage. D’autres pièces rares, comme les objets royaux du milieu du XIXe siècle, issus d’une collection privée et témoignant de cette synthèse entre islam
et rituels animistes. Les visiteurs découvriront également l’art du boubou, ce vêtement typiquement africain, grâce à un panorama régional de leurs principaux créateurs, du Mali au Nigéria.

> Accédez au programme