Rodin au Grand-Palais : l'exposition du centenaire

Publié le 07.03.2017
2017 marque le centenaire de la disparition d’Auguste Rodin, considéré comme l’un des pères de la sculpture moderne.
Rodin, masque de Camille Claudel
© Musée Rodin
Auguste Rodin, Masque de Camille Claudel et main gauche de Pierre de Wissant, vers 1895. Donation Rodin, 1916 © Musée Rodin

Plus de deux cents œuvres sont réunies au Grand Palais à Paris pour évoquer les multiples influences du sculpteur Auguste Rodin sur les artistes de son temps. Le sculpteur a intégré « l’accident » dans son travail et inventé l’œuvre non finie, la figure partielle. De nombreux artistes font référence à son génie, de Bourdelle à Anselm Kiefer.

« Quand je vis de la terre glaise pour la première fois, il me sembla que je montais au ciel », confia l’apprenti sculpteur, entré à l'âge de 14 ans à l'Ecole Impériale de Dessin à Paris, appelée la « Petite École », où l'on forme aux métiers d'art. Sa destinée bascule le jour où il s’essaie au modelage. Encouragé par un premier Prix de sculpture, Rodin s'est présenté aux Beaux-Arts de Paris mais l’entrée lui est refusée par trois fois. À son retour d'Italie, ses figures inachevées se font immédiatement remarquer. Dès lors, sa carrière le mène auprès de tous les grands artistes, écrivains et intellectuels de son temps : Victor Hugo, Rainer Maria Rilke, Claude Monet…

« La beauté est partout. Ce n’est point elle qui manque à nos yeux, mais nos yeux qui manquent à l’apercevoir », affirmait Rodin qui s’est intéressé avant tout au mouvement du corps, à ses torsions plutôt qu’à sa représentation. Parmi les sculptures présentées au Grand Palais figurent aussi Le Penseur (1904). Le nom de Rodin est indissociablement lié à celui de la sculptrice Camille Claudel. Auguste Rodin a 43 ans lorsqu’il fait la connaissance en 1884 de celle qui deviendra sa muse, alors qu’il est à la recherche d’assistants. La jeune femme au génie créatif exécute des parties difficiles des statues de Rodin, comme les mains et les pieds des personnages de La Porte de l’Enfer. La sculptrice se devait d'être au rendez-vous de ce bel anniversaire.

2017, l'année Rodin : Les musées de France se mobilisent à l’occasion du centenaire Rodin pour mettre en valeur les œuvres du maître de leur collection. Outre son ancien atelier de Paris et celui de Meudon, le musée des Arts décoratifs, les collections d’Aix-les-Bains, Lyon… rendent hommage à l’artiste. L'événement se termine la semaine du 17 novembre 2017 (date anniversaire de la disparition de Rodin) avec une Semaine Rodin. Mais au delà de l’espace public et des musées qui conservent les œuvres, Rodin sera accessible à tous avec la pièce de deux euros frappée à l’effigie du Penseur et de l’artiste par la Monnaie de Paris et le timbre représentant le Baiser édité par la Poste.

Pendant les vacances scolaires, le musée Rodin propose une série de jeux de pistes pour les 7-9 ans et 10-13 ans. Pour que les enfants deviennent incollables sur le Baiser !

> Accédez au programme